dimanche 11 décembre 2016

Le sel


Source:vfmk.hu
Il était une fois un vieux roi qui avait trois filles. Il décida de donner son royaume à celle des trois qui l’aimait le plus. Il fit venir donc ses filles pour leur demander à quel point elles l’aimaient.
D’abord, il s’adressa à son aînée:

«Dis-moi, ma chère fille, est-ce que tu m’aimes?
-Oui, mon cher père, comme une tourterelle aime les grains de blé», répondit-elle.

Ce fut le tour de sa deuxième fille:
«Je vous aime, mon cher père comme j’aime la brise pendant la grande chaleur.»

Il s’adressa alors à sa cadette:
«Moi, je cous aime comme les gens aiment le sel», répondit-elle.

Le roi fut déçu de la réponse de sa fille. Il se fâcha tellement qu’il lui donna l’ordre de quitter le palais royal. La jeune princesse partit en pleurant. Elle se retrouva dans une grande forêt. Elle s’abrita au creux d’un vieil arbre. Elle ramassa des fraises sauvages, des mûres et des noisettes pour se nourrir. Elle vivota seule ainsi.

Une année étant passée, alors que le prince du royaume voisin passait par là. Il aperçut la princesse qui ramassait les mûres. Ayant eu peur, elle se cacha dans le creux du vieil arbre. Le prince la suivit et cria:

«Qui est là?»

La princesse tremblait comme une feuille, et elle ne dit pas un traitre mot. Le prince cria de nouveau:

«Qui est là? Dites si vous êtes un homme ou le diable sinon j’ouvre le feu!»

Sur ce, la princesse sortit du creux de l’arbre et commença à pleurer. Ses vêtements étaient sales et déchirés. Elle en avait honte, et en pleurant elle raconta son histoire au prince.
Elle plut beaucoup au jeune prince car elle était belle malgré ses vêtements sales et déchirés. Il la prit tendrement par la main et l’emmena au palais royal. Il l’habilla de robes dorées et argentées.

Ils se marièrent et firent la noce avec beaucoup d’invités. Nul n’avait jamais vu auparavant un aussi beau mariage.

Le temps passa, ils s’aimaient comme deux tourtereaux. Un jour, le roi dit à sa femme:

«Ma chère épouse, quand je t’ai vue la première fois, je n’ai pas insisté pour savoir pourquoi ton père t’avait chassée. Mais maintenant dis-moi la vérité.
-Je vais te le raconter volontiers. Mon père m’a demandé à quel point je l’aimais, et moi, je lui ai répondu : « comme les gens aiment le sel», répondit-elle.
«Très bien, tu regagneras bientôt l’amour de ton père», dit le roi.

Il s’en alla pour écrire une lettre au vieux roi et lui demanda de venir déjeuner. Trois jours plus tard, le carrosse royal tiré par six chevaux, arriva dans la cour du château. Le jeune roi accompagna le vieux roi dans la plus belle salle du palais où une table pour deux personnes était déjà mise.

Ils s’installèrent autour de la table, et les serviteurs arrivèrent avec les plats délicieux. Et ce n’était que le déjeuner! Le vieux roi se servit le premier, il goûta la soupe et posa tout de suite la cuillère car celle-là n’était pas salée du tout. Il se dit que la viande du pot au feu serait sûrement salée. Mais il n’y avait pas un grain de sel. Les rôtis arrivèrent, l’un après l’autre, mais le vieux roi les goûta à peine puisque, sans sel, ils étaient fades.

Il ne put s’empêcher de dire au jeune roi:

«Dis-moi, comment est-ce possible d’avoir un cuisinier qui ne met pas de sel dans les plats?
-Il met toujours du sel dans les plats mais j’ai entendu dire que vous n’aimiez pas le sel. Je lui ai ordonné de ne rien saler, sinon il le paiera de sa tête.
-Mais tu t’es trompé parce que j’aime bien les plats salés. Qui t’a dit le contraire?
-Votre fille», répondit le jeune roi.

A cet instant la porte s’ouvrit, et la reine entra dans la salle. Elle n’était nulle autre que la fille cadette du vieux roi qui fut très heureux de la revoir. Il avait déjà regretté mille fois de l’avoir chassée du palais, et il la recherchait partout.

Il donna tout de suite son royaume à sa fille, et le jeune roi prit en main les affaires du palais.

Ils vivent encore heureux s’ils ne sont pas morts entre temps.


2 commentaires:

  1. Joli conte inspiré du roi Lear, à moins que ce ne soit l'inverse ...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce conte, ce matin en me réveillant je m'étais rappelé de ce conte que j'avais vu à la télé et le faite de l'avoir retrouver me fais énormément plaisir.

    RépondreSupprimer