Un peu d'histoire...



Le mot "conte" se dit en hongrois : mese (mèchè), c'est un héritage de l'époque ougrienne, la base se trouve également dans les vocabulaires vogoul et ostiak avec la même signification. Le -e final du mot hongrois pourrait être un suffixe possessif ou diminutif formé déjà dans la période de différenciation des langues ougriennes. (env.1000 av.J.C.)

Au début du XIIIe siècle, le chroniqueur du roi Béla, Anonymus, dans son œuvre Gesta Hungarorum, traitant l'histoire de la conquête du pays, eut une expression méprisante : faux contes populaires. Conformément à l'esprit de l'époque, l'ancien élève de la Sorbonne oppose l'écriture honorable au conte mensonger et sujet à caution. Il révèle que parmi les Hongrois le fait de conter est très en vogue et que le conte a un rôle berceur.

Dans nos chartes des XIVe et XVe siècles, un groupe spécial de noms de lieux et de patronymes prouve l'existence d'histoires fabuleuses locales : Puits du Diable, Ravin du Dragon, Mont du Dragon, Lac Magique, Antonio Chasse Diable, Johanne la Diabolique. Malgré les remarques d'Anonymus, dans nos chroniques des XIIe et XIVe siècles, on trouve de plus en plus de passages racontant des histoires fabuleuses. On peut citer l'histoire la plus connue, de 1283, dans la Chronique de Simon Kézaï qui relate la légende de Hunor et Magor et du cerf merveilleux. Ces exemples prouvent que nos chroniqueurs ont cité volontiers des détails fabuleux et mythiques.

Parmi les rois hongrois, ce sont surtout St Ladislas (1077-1095), et Mathias (1458-1490) qui sont les héros de nos légendes et histoires fabuleuses les plus connues. Les contes se rattachant au personnage de Mathias tiennent une place particulière dans les mémoires populaires, pas seulement dans les chroniques, la poésie courtoise, et les dictons hongrois, mais aussi dans le genre épique slovène et ukrainien ; on le retrouve également dans les contes populaires roumains, croates et slovaques.

Les différents genres de la littérature religieuse (sermons, homélies, prêches, réflexions, vie des saints, etc.) ont une valeur importante : des motifs et des épisodes légendaires et fabuleux s'y mêlent, des paraboles conservent des histoires anecdotiques. La façon de les présenter évoque celle des contes romanesques et aventureux où apparaît l'influence réciproque des récits écrits et oraux. A ce jour, les recherches ne permettent pas d'affirmer indiscutablement dans quelle mesure les chroniques du XIIe au XVIe siècle ont été empruntées aux contes populaires oraux ou inversement. Pour éveiller l'intérêt les auditeurs ou lecteurs sur la pénitence et frapper les esprits, on peut citer les exemples d'un auteur hongrois, Pelbárt Temesvári (1435-1504) et d'un français, Etienne de Bourbon qui utilisent le thème de la confession des animaux.

Il faut noter au passage que le mot hongrois « mese » (conte) apparaît pour la première fois dans les manuscrits du XVe siècle avec le sens : énigme, apologue.

A la fin du XVe siècle, on emploie le mot au sens plus général d'histoire imaginée. Entre le XVIe et le XVIIIe siècle les histoires fabuleuses colportées par le peuple font partie de la littérature profane hongroise qui se développe. C'est seulement à la fin du XVIIIe siècle qu'on parvient à transcrire in extenso les textes des contes populaires. La première période de la collecte intentionnelle des contes populaires est caractérisée, comme partout en Europe, par le fait que les textes sont plus ou moins stylisés et refondus. Le collecteur était aussi un styliste littéraire.

En 1782, le journal 'Magyar Hírmondó' (Courrier Hongrois) lance un appel aux lecteurs pour rassembler des œuvres poétiques populaires, en citant les exemples anglais, allemands, français. A la suite de cet appel, un mouvement se manifeste, il se rattache à la lutte pour la reconnaissance de la langue hongroise comme langue officielle et pour « que la langue soit ce qu'il convient qu'elle soit : l'interprète fidèle, prompt et agréable de tout ce que l'esprit pense et ressent. » (Ferenc Kazinczy)

Le premier ouvrage contenant les contes populaires est publié en allemand en 1822, il est l'œuvre de György Gaal, bibliothécaire du Prince Esterházy à Vienne. Pour rassembler le plus de contes, il se rend durant dix ans dans les casernes de hussards à Vienne, et se fait raconter les contes péniblement car il ne trouve pas de véritables conteurs. Wilhelm Grimm dans sa critique souligne que Gaal a trop retouché les résultats de sa quête. Dès que son ouvrage fut traduit en hongrois, il eut un très grand succès. Il s'est avéré que la critique de Wilhelm Grimm n'était pas justifiée, étant donné que les frères Grimm ont le plus souvent écrit leurs récits en haut allemand, et en synthétisant plusieurs versions.

Dans le premier tiers du XIXe siècle, le conte populaire a un rôle important dans la littérature nationale, on peut citer la comédie de Mihály Vörösmarty : Csongor et Tünde, dans laquelle on trouve les motifs les plus marquants des contes de fées et des contes humoristiques. Sándor Petöfi s'en est également inspiré pour écrire János Vitéz (Jean le Preux), conte épique en vers.

Les premières réflexions relatives aux contes parurent en 1847, son auteur, Imre Henszlmann, adoptait la conception des frères Grimm en comparant les contes hongrois, roumains et slaves à ceux de l'Occident.
En 1867, László Arany écrit l'étude la plus importante sur les contes populaires, et il tente de les classer en contes magiques, fables, contes humoristiques et anecdotes locales. Il donne leurs traits caractéristiques en les comparant avec ceux des autres pays. Il adopte le concept de son père, selon lequel il faut enregistrer et retoucher les contes à la façon des meilleurs conteurs. Cette idée est utilisée tout au long du XIXe siècle, ce qui fait que l'authenticité de la transcription reste limitée.

Ce n'est qu'en 1872 que fut publié le premier tome des contes populaires sans retouches. Au début du XXe siècle, les textes intéressent nos chercheurs au point de vue philologique, mais peu d'entre eux se chargent de publier les résultats exhaustifs de leurs collectes dans les diverses ethnies et dans le patrimoine des divers conteurs.

De cette époque, une seule personne mérite d'être citée pour son action bénéfique en faveur de la collecte des textes : Lajos Kálmány, qui publie en 7 volumes la poésie populaire du Sud de la Grande Plaine. Il fait de remarquables commentaires sur la façon traditionnelle de conter dans cette région.

Une nouvelle étape de recherches se développe après la première guerre mondiale, sous l'influence des méthodes européennes (théoriques et pratiques), surtout celles de l'école finlandaise dont le représentant le plus remarquable est Anti Aarne. Dans le sud de la Transdanubie, un maître d'école, János Berze Nagy consacre sa vie à la systématisation et à l'élaboration des contes populaires hongrois. Dans le système du catalogue Aarne-Thompson il reprend la méthode de classement par types qu'il juge bonne et utilisable. En 1957, il publie son œuvre maîtresse, qui est encore utilisée comme référence : Les types de contes populaires hongrois. Il veut ainsi corriger l'œuvre esquissée de János Honti intitulée : La nomenclature de types de contes hongrois, parue en 1928.Pour chaque type de conte, János Berze Nagy a ajouté des remarques en imitant les catalogues de types internationaux qui facilitent la comparaison des contes hongrois avec d’autres pays.


1. Le conte de fées

Le conte de fées est le genre le plus connu des contes populaires. Selon certains chercheurs, il représente de 40 à 50% des contes. Le miracle est l'élément le plus important et le cœur du conte. Autour de lui gravitent les personnages humains, les animaux, et parfois les objets inanimés qui se mettent à vivre. Les milieux ruraux croyaient volontiers à ce genre de conte. Ils ont encore la nostalgie de cette croyance perdue qui les faisait rêver. Le conteur et son public s'identifiaient aux personnages. Par exemple le conte Rozsa le Preux (Rózsa Vitéz) se retrouve dans les versions de nombreux pays de l'Europe. Il a toutes les caractéristiques du genre : le miracle, le secours mystérieux, la métamorphose prestigieuse, la marque du danger (foulard de couleur), les géants, les sorcières, la résurrection.



2. L'arbre qui monte jusqu'au ciel

Ce motif est certainement le plus ancien des différents contes hongrois. Il se trouve dans des contes de fées, humoristiques et dans des rites du chamanisme. Cet arbre symbolique est souvent un peuplier, mais il peut être un arbre fruitier (pommier, poirier, cerisier) d'une hauteur sans fin, généralement dans le jardin du roi. Dans un conte de fées, le roi promet sa fille et la moitié de son royaume à la personne qui lui apportera le fruit de jouvence. Dans une autre version, la princesse est enlevée par un dragon vivant au sommet de l'arbre. Plusieurs prétendants ont essayé de grimper jusqu'au sommet, mais sans succès. Enfin un jeune porcher de sept ans suit les conseils d'un porcelet ou d'un chien magique en revêtant une veste et des sandales en métal de trois ou sept épaisseurs. Avec sa hachette il coupe des marches dans le tronc de l'arbre pour monter au sommet. Quand ses vêtements seront en lambeaux, il arrivera à une branche et en allant jusqu'au bout, il rencontrera le dragon, ou bien il arrivera au château royal, et se mettra au service de la princesse.

Dans des versions humoristiques : le sommet de l'arbre est dans le ciel et ses racines sont en enfer. Le conteur a trouvé son conte soit dans un des 77 plis d'une jupe, qui se trouve sur la 77e branche du peuplier, soit dans un petit livre de 77 pages qu'il a dans sa poche. L'auditeur, s'il n'a pas été attentif, doit subir les ruades de poulains qui paissent au pied de l'arbre, mais s'il a été attentif, il reçoit les picotages des corbeaux qui nichent dans l'arbre.

On connaît les variantes roumaines, serbo-croates, et saxonnes de Transylvanie de l'arbre qui monte au ciel, mais beaucoup d'ethnographes hongrois dont Sándor Solymossy et Vilmos Dioszegi, trouvent qu'il s'agit d'un motif caractéristique venu de l'orient. Ils identifient l'arbre des contes avec celui de la cérémonie chamanique. János Berze Nagy, dans son catalogue, présente plusieurs contes autrichiens, turcs, kalmouks, roumains, dont les héros grimpent, eux aussi, au tronc avec l'aide des entailles. Chez les meilleurs conteurs hongrois dont Lajos Ámi et ceux de la Basse-Autriche, « l'arbre se tord sept ou treize fois sous le ciel qui est en or et n'arrive pas à le percer » (Lajos Ámi).

Il y a une variante du conte dans laquelle le héros durant son chemin sur le tronc de l'arbre, se renseigne auprès de trois vieilles dames qui sont les mères du soleil, de la lune et des étoiles. Juste avant d'arriver au sommet, il trouve sur une large branche, ou une feuille, un vaste champ avec un château resplendissant suspendu par un cheveu, ou tournant sur trois pattes d'oiseau. Le château est un palais en or, ou en argent, ou en cuivre. Le héros trouve le fruit de jouvence dans la troisième chambre qu'il visite. Souvent il oublie sa promesse de lancer le fruit au roi, parce qu'il délivre d'abord la princesse.
Les chercheurs établissent un rapport entre les rites des chamans et l'arbre qui s'élève jusqu'au ciel. Cet arbre est l'arbre sacré du chamanisme et le lieu où le postulant subit l'épreuve : il doit grimper jusqu'au bout de l'arbre qui s'élève jusqu'au ciel, et s'il en revient sain et sauf, il peut exercer la science qu'il a antérieurement acquise. Cet arbre à entailles est représenté dans les arts décoratifs hongrois avec un petit oiseau au sommet, c'est le symbole et l'instrument du pouvoir surnaturel du chaman.


3. Le conte humoristique

Il est désigné souvent par le mot 'trufa', d'origine italienne, dans le sens de « filouterie » et « escroquerie ». A l'origine, c'était un genre épique oral, plein de farces, où tout était prétexte à plaisanteries et jeux de mots. Au XVIe siècle, István Benczédi Székely mentionne trufa au sujet d'une histoire dont le héros est le roi Mathias.

Le monde du conte humoristique ressemble à celui du monde miraculeux, mais il est plus réaliste et plus rustre, grossier. Son ironie est souvent impitoyable, surtout quand il s'agit de la gaucherie des faibles. Les méchants sont punis d'importance. Les éléments grotesques sont nombreux. Le monde est à l'envers pour faire rire et pour stupéfier.


4. Les anecdotes locales

Les anecdotes locales sont à mi-chemin entre les contes et les légendes, parce qu'elles contiennent aussi des sujets surnaturels. Certaines anecdotes racontent une histoire qui s'est produite en réalité, d'autres ont des sujets universels. La majorité des sujets appartient étroitement à un village, à une ville, ou à une région. Les anecdotes ne comprennent qu'un seul sujet et sont généralement très courtes. Elles sont souvent racontées durant les repos des travaux collectifs, et le conteur est le boute-en-train de l'assemblée. La plupart de ces anecdotes ont lieu dans le village de Rátót, d'où elles tiennent leur nom de 'rátótiádák'.


5. Les fables

Les fables ne se trouvent pas en grand nombre parmi les contes hongrois. Elles peuvent être divisées en deux groupes : celles d'origine hindoue qui sont parvenues en Hongrie par l'entremise des écrits grecs et latins ou par la tradition orale de l'Europe Centrale. Elles avaient un rôle didactique, les prêtres les citaient au cours de leurs sermons.
Celles qui sont originaires d’Europe, s'inspirent du mythe des animaux. Les contes d'Esope et leurs variantes empruntées à la tradition orale, se trouvent dans les fables.


6. Les légendes

Les folkloristes hongrois, à ce jour, n'ont pas publié tous les contes légendaires (legendamese). Leur proportion est d'environ 12% de l'ensemble des contes. Une partie, originaire du Moyen Age, est populaire et moralisatrice. L'autre, contient des récits apocryphes dans lesquels la déité du Christ est plus mise en doute que le personnage du roi Mathias et les héros des contes de fées. Les morales des légendes sont loin des idées chrétiennes qui sont le mépris des biens terrestres, l'abnégation et la patience fidèle. Les morales reflètent la lucidité et le bon sens paysans.


7. Les origines

Le problème des antécédents des contes hongrois est complexe, car les recherches doivent être orientées dans plusieurs directions. Des ethnographes et des historiens de la littérature se sont posé la question : est-ce que les contes hongrois ont des caractéristiques spécifiques qui remontent au temps des relations des sept tribus avec les peuples d'orient et leurs cultures ? L'époque du romantisme a considéré naturellement la plupart de nos contes comme une richesse faisant partie du patrimoine national. Les recherches n'ont pas donné de réponses incontestables, toutefois elles soulignent que quelques images mystiques du chamanisme des Hongrois d'avant la conquête du Bassin des Carpates, se sont introduites parmi les motifs de nos contes populaires, et que leurs analogues ne se trouvent pas dans les contes de l'Occident. C'est ainsi que les motifs les plus anciens ont leur origine dans le chamanisme, ce sont entre autres :
- le château qui tourne sur les pattes d'un canard, ou plus rarement d'un autre oiseau ; motif que l'on trouve également dans des contes russes et celtes.
- l'arbre qui monte jusqu'au ciel avec un petit oiseau à sa cime.
- la lutte des chamans : l'un étant celui qui descend du ciel sous la forme d'un taureau ou d'un étalon, toujours accompagné par un orage, et l'autre, le chaman protecteur du village, qui doit renouveler la preuve de ses capacités.
- les épreuves du candidat chaman qui a de naissance une particularité physique, par exemple : six doigts à une main, ou au moins une dent lors de la naissance.
- le miroir magique qui permet une vision du monde lointain. Le chaman en avait un aussi.
- la suite des épreuves du héros qui soupire d'aise en disant : « j'ai eu un long rêve » phrase qui est celle des chamans qui s'éveillent après trois jours d'extase.

Les contes hongrois commencent en général par une formule typique : « Hol volt, hol nem volt... ». Sa traduction littérale est : « Où était-ce, où n'était-ce pas » dans laquelle il est question d'un lieu existant ou imaginaire. Cette introduction permet toutes les suppositions de lieu lointain. Cette phrase se retrouve dans les contes turcs, arméniens, et géorgiens. L'imprécision équivalente en français est : « Il était une fois... »

On peut citer deux tournures de phrases typiques qui reflètent le matriarcat du temps du nomadisme magyar. Premièrement : « Hol jársz, ahol még a madár se jár ? », soit « Que viens-tu chercher dans ce coin perdu ? ». 

Deuxièmement : « Szerencséd, hogy öreganyádnak szólítottál ! », soit « Tu as de la chance de m'avoir appelée ta bonne vieille ! ». Ces phrases sont celles des vieilles magiciennes qui aident les héros.

Les contes de fées hongrois ont une interjection typique : Haj ou Hej ! qui étymologiquement se retrouve dans les langues de nos plus proches parents de langues, les Vogouls et les Ostiaks sous formes : Kai ! ou kei ! Pour désigner le chant du chaman. Toutes ces interjections expriment un regret.

Nous pouvons conclure en disant que les contes hongrois jettent un pont entre ceux de l'Orient et ceux de l'Occident. Ils ont parfois des caractéristiques germaniques, tout en conservant des particularités finno-ougriennes qui s'unissent avec les cultures orientales des Byzantins, des Perses et plus tard des Slaves anciens. Après la sédentarisation du Xe siècle dans la Bassin des Carpates, la culture hongroise est devenue ainsi le creuset où se mêlèrent les cultures occidentales et orientales. Ce brassage heureux des différents genres a donné à nos contes une richesse inépuisable.

8 commentaires:

  1. je découvre grâce à une amie votre site.Je m'intéresse à toute forme de culture hongroise
    dont les contes et légendes.
    Merci pour ce blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire, je suis heureuse de l'intérêt que vous portez à notre culture. J'espère que vos prochaines visites sur le blog seront toujours enrichissantes.
      Andrea

      Supprimer
  2. Je trouve votre blog très intéressant!
    Étant moi même hongroise, je ne peux que me réjouir de voir que grâce à vous de nombreuses personnes qui ne connaissent pas nos contes,peuvent dorénavant y avoir accès dans la langue de Molière.
    Grâce à vous je découvre ou plutôt (re)découvre) certaines histoires oubliées...

    En relisant le conte de notre bon roi Màtyàs, je me suis replongée dans mes souvenirs d'enfance, où, assise près de ma grand mère,j'écoutais les yeux émerveillés ses histoires si bien contés!!!

    Bravo pour votre travail et merci pour ce partage!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis ravie que mon blog vous plaise! Pour l'instant je traduis les contes les plus connus et populaires mais plus tard vous allez lire les moins connus.
    Merci pour votre visite!
    Andrea

    RépondreSupprimer
  4. je suis de parents hongrois, conteuse et peintre, je raconte des contes de Grimm, et de découvrir des contes de mon pays d'origine, me satisfait.
    Ma langue maternelle est l' hongrois malheureusement de le lire est une autre affaire.
    J'aimerai découvrir des contes et légendes, d'un registre plus tôt adressé à un grand public du style contes médiévaux.
    Si vous en connaissez j'aimerai les découvrir en français de préférence
    Si non, bravo, de présenter notre petit pays, sur internet !
    francika

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Franciska,
    Merci d'avoir visité mon blog et m'avoir adressé vos compliments.
    Concernant votre demande, ce que je peux vous proposer, ce sont les légendes de Saint Ladiaslas (XI-XIIe siècle)ou les contes du roi Mathias (XVe siècle).
    N'hésitez pas à me contacter pour plus d'information.
    Andrea

    RépondreSupprimer
  6. Sophie Lemonnier21 janvier 2016 à 14:38

    Bonjour Andrea,
    Merci et bravo pour ce site généreux et joliment illustré.
    Je suis conteuse, et j'apprécie à sa juste valeur cette démarche de partager les contes de votre pays d'origine. J'ai eu l'occasion une fois d'aller en Transylvanie, côté Roumanie, mais en territoire Magyar, et la richesse de ce répertoire me donne vraiment envie d'aller sur place pour le découvrir plus en profondeur, en lien avec les hommes et les paysages magnifiques de cette région, malheureusement la langue hongroise me semble inaccessible, alors merci encore une fois pour ce gros travail de traduction et de mise en page qui nous permet d'y voyager d'une autre manière !

    Belle année à vous!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Sophie,
    Merci de votre visite sur le blog et de vos compliments.
    Je voudrais ajouter d'autres enregistrements à la version sonore. Si vous pouvez m'aider d'une façon ou d'une autre, n'hésitez pas à m'écrire.
    Je vous souhaite une excellente année! Et beaucoup de beaux contes!

    RépondreSupprimer